Clarks Anika Kendra, Escarpins femme Beige Nude Patent

B00B5A83O4

Clarks Anika Kendra, Escarpins femme Beige (Nude Patent)

Clarks Anika Kendra, Escarpins femme Beige (Nude Patent)
  • Dessus: Vernis
  • Doublure: Synthétique
  • Matériau de semelle: caoutchouc
Clarks Anika Kendra, Escarpins femme Beige (Nude Patent) Clarks Anika Kendra, Escarpins femme Beige (Nude Patent) Clarks Anika Kendra, Escarpins femme Beige (Nude Patent) Clarks Anika Kendra, Escarpins femme Beige (Nude Patent) Clarks Anika Kendra, Escarpins femme Beige (Nude Patent)

Liens utiles

Parcourir nos offres

Contact

Qui sommes-nous ?

Rebondissement de taille dans le feuilleton judiciaire qui tient en émoi Washington et le reste de la planète. Dans un épisode précédent (pas plus tard que la semaine dernière), Donald Trump s’était félicité des déclarations de l’ancien patron du FBI : James Comey, limogé début mai par le président américain, avait affirmé que celui-ci ne faisait pas l’objet d’une enquête dans le cadre de l’affaire russe. Mais ça, c’était avant.

Le procureur indépendant Robert Mueller , lui aussi ancien chef du FBI, qui chapeaute l’investigation sur l’ingérence présumée de Moscou dans la présidentielle américaine, s’intéresse désormais à Donald Trump, révèle le Washington Post , notamment pour savoir si le milliardaire a fait obstruction à la justice dans cette affaire.

Robert Mueller interrogerait actuellement de hauts responsables du renseignement pour déterminer si le président américain a tenté de freiner ou bloquer l’enquête qui s’intéressait jusqu’ici à cette ingérence ainsi qu’à une possible collusion entre les proches de Donald Trump et la Russie, selon le quotidien qui cite des sources anonymes.

Ce décret du 10 mai 2017 est issu de la loi du 7 juillet 2016 relative à la liberté de création, à l’architecture et au patrimoine (LCAP).
Il prévoit qu’à titre expérimental et pour une durée de sept ans, les personnes publiques (Etat, collectivités territoriales, organismes HLM, sociétés d’économie mixte et sociétés publiques locales) peuvent, pour la réalisation d’équipements publics et de logements sociaux, déroger à certaines règles de construction « dès lors que leur sont substitués des résultats à atteindre similaires aux objectifs sous-jacents auxdites règles ».

Ils concernent plus particulièrement les projets de construction comportant, pour au moins 75 % de leur surface de plancher :
 Des équipements publics mentionnés au 4° de l’article R. 151-28 du code de l’urbanisme, réalisés sous maîtrise d’ouvrage,
 Des logements sociaux réalisés sous maîtrise d’ouvrage de l’Etat, des collectivités territoriales ou de leurs groupements, des organismes à loyer modéré et des sociétés d’économie mixte de construction et de gestion des logements sociaux.